La Seconde Guerre mondiale s’est aussi gagnée par l’image et la France n’a pas dérogé à la règle. Malgré la censure et les pénuries, le dessin y a atteint une force politique unique.
Qu’ils soient l’œuvre de résistants ou de soutiens de la collaboration, ces dessins, ces caricatures ont été une source essentielle d’information – ou de désinformation – de l’opinion. Certains journaux comme Gringoire, Je suis partout, Révolution nationale ou Notre Combat ne renfermaient que des caricatures acerbes et haineuses.Critique habile du régime ou peinture d’une vie quotidienne soumise aux privations et aux restrictions, ces documents, qu’ils soient drôles, féroces ou tragiques, se transforment en miroir d’une société en crise. Politique, la caricature devient une arme redoutable et un contre-pouvoir parfois si déstabilisant que seule la censure peut en venir à bout.
Dessins de presse, tracts, brochures, affiches, revues pour enfants… Emmanuel Thiébot dévoile des archives exceptionnelles, souvent inédites. Avec la rigueur de l’historien, il en décrypte le sens caché pour offrir une lecture originale de l’histoire depuis 1936 jusqu’à la fin de l’année 1945.

Emmanuel Thiébot, historien au Mémorial de Caen, est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale.

Retrouvez la fiche complète

ico_images