La charte « EUROPE DE LA MÉMOIRE »

En raison du caractère spécifique du 20ème siècle, considéré, depuis 1915, comme celui des génocides multiples qui ont touché de nombreuses populations réparties sur l’ensemble de la planète ; Compte tenu des deux guerres mondiales qui ont ravagé en grande partie l’Europe, mais aussi l’Afrique et l’Asie, et occasionné de très nombreuses victimes ;
Eu égard aux tentatives de racisme, d’antisémitisme et de négationnisme qui constituent des menaces permanentes pour l’humanité malgré les efforts de réconciliation de certains pays, comme la France et l’Allemagne qui ont posé les jalons de la construction européenne ;
« Europe de la Mémoire » a pour mission de participer au travail de mémoire indispensable à l’oeuvre d’entente commune des peuples et propose la signature de la présente charte qui précise les actions et moyens qu’il convient de faire aboutir en ce domaine.
En conséquence de quoi, les organisations et collectivités signataires de cette charte s’engagent à :

Poursuivre et intensifier, séparément et en commun, leur action pour favoriser l’enseignement des principaux génocides, déportations, conflits, persécutions et tragédies du 20ème siècle ainsi que leurs conséquences notamment exils et migrations,
Soutenir et participer dans le cadre de leurs objectifs et dans la mesure de leurs moyens, aux initiatives prises par l’association  » Europe de la Mémoire  » en faveur de cette transmission ; promouvoir la défense des valeurs démocratiques et la lutte contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et d’atteintes aux libertés et à la dignité de la personne humaine.
Echanger des informations en vue de les diffuser le plus largement possible, procéder à l’édition de tous documents multimédias.
Apporter leur contribution au développement des musées et centres de mémoire s’inscrivant dans la même thématique à travers une assistance technique et par la formation de leurs personnels.
Favoriser la circulation de projets culturels et artistiques, organiser des manifestations événementielles ainsi que des voyages et échanges scolaires sous la conduite, tant que ce sera possible, des témoins de l’époque ; ceci en partenariat avec les enseignants, associations et fondations reconnues.
Etre vigilants et lutter contre toutes les actions des négationnistes et falsificateurs de l’histoire.